Pharmacie Verdenet - Flux RSS de conseils santé Les conseils santé de Pharmacie Verdenet et dossiers sur les maladies et pathologies les plus courrantes. https://pharmacieverdenet-saintvit.mesoigner.fr/conseils Mon, 30 Nov 2020 21:04:11 +0100 <![CDATA[5 conseils pour booster son immunité avant l'hiver]]> La saison d’hiver débutera le lundi 21 décembre prochain, elle arrivera comme tous les ans avec son lot de virus. Les virus de l’hiver sont essentiellement responsables de pathologies rhino pharyngées (les rhumes, les rhinopharyngites), respiratoires (les grippes saisonnières, les bronchites et les bronchiolites chez l’enfant) et digestives (gastro-entérites). Cette année la Covid-19 va venir s’ajouter à ces pathologies hivernales. Tous ces virus sont une menace chez les plus fragiles comme les enfants et les personnes âgées souffrant de maladies cardiaques, pulmonaires ou immunitaires. Les virus ont 3 modes de transmission, les gouttelettes chargées de virus (lorsque l’on tousse, éternue...), les mains (lors d’un contact direct) et l’air (présence d’une personne malade dans une pièce fermée, non aérée). Voyons les 5 conseils pour booster son système immunitaire.

 

Bien manger et s’hydrater

Les intestins sont une clé pour notre système immunitaire, 60% de nos cellules immunitaires sont concentrées dans l’intestin. Ces cellules ont pour rôle de trier les bonnes et les mauvaises bactéries. Si vous adoptez une alimentation saine et variée c’est à dire 5 fruits et légumes par jour (fibre et vitamine), de la viande, du poisson ou un œuf 1 à 2 fois par jour, des légumineuses (fibres) et des céréales complètes (riz, pains, pâtes complets) alors tous les nutriments essentiels à notre corps seront transférés vers la circulation sanguine.

L’eau joue un rôle fondamental dans le transport des substances contenues dans l’organisme (nutriments, minéraux, vitamines...). Nous perdons énormément d’eau tous les jours par la respiration, la transpiration ou les urines. C’est pourquoi il est important d’amener en moyenne 1,5 litres d’eau par jour à notre corps.

 

Canaliser son stress

Tout est question d’un bon équilibre, le stress à petites doses est bénéfique car il fournit à l’organisme l’énergie nécessaire pour affronter les problèmes du quotidien. A l’excès, il a un mauvais rôle sur le système immunitaire, celui-ci entraine une réaction exacerbée des défenses immunitaires. Cette immunité démesurée pourrait augmenter des pathologies comme des problèmes cardiaques, de l’obésité ou du diabète.

 

Bien dormir

Un mauvais sommeil augmenterait la vulnérabilité aux infections plus particulièrement aux parasites et aux champignons. A contrario un bon sommeil aiderait le système immunitaire à fonctionner et à se reconstituer. Celui-ci est essentiel au bien être de chacun, il permet aussi au corps de récupérer, se réparer et se ressourcer.

 

Pratiquer une activité sportive

La pratique d’un exercice physique régulier permet avant tout de se préserver des maladies chroniques. Les activités comme la marche, le vélo ou la natation permettent au corps de s’oxygéner, se détoxifier, de relâcher les tensions musculaires tout en stimulant et renforçant le système immunitaire.

 

Prendre des compléments alimentaires

Les vitamines et minéraux sont de très bons alliés pour booster le système immunitaire. Vous trouverez le complexe qui vous convient le mieux en pharmacie. Si vous souhaitez des compléments alimentaires plus spécifique pour renforcer le système immunitaire votre pharmacien pourra vous conseiller des produits naturels comme l’extrait de pépin de pamplemousse, l’échinacée, des probiotiques...

N’hésitez pas à demander conseils à votre pharmacien pour préparer votre entrée dans l’hiver.

 

Les gestes barrières (port du masque, lavage des mains réguliers, éternuer ou tousser dans son coude, se moucher dans un mouchoir à usage unique et la distanciation d’1 mètre) qui sont répétés régulièrement pour se protéger contre la Covid-19 sont aussi efficaces contre tous ces virus hivernaux. Alors gardez les bons réflexes.

 

Source :

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/les-maladies-de-l-hiver/

https://www.inserm.fr/

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/400-5-conseils-pour-booster-son-immunite-avant-lhiver
<![CDATA[Covid, grippe, gastro : comment bien se laver les mains ?]]>

Savoir bien se laver les mains, c'est une façon de protéger ses proches contre les virus que l'on pourrait transmettre par le contact. Alors pour éviter de partager grippe, gastro, coronavirus ... apprenez à vous laver les mains dans les règles de l'art ! A noter : si vous ne pouvez pas vous laver les mains, il est possible d'utiliser du gel hydroalcoolique. 

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/391-covid-grippe-gastro-comment-bien-se-laver-les-mains
<![CDATA[Comment faire face aux effets indésirables des médicaments anticancéreux ?]]> Lors de la mise en place d’un traitement avec des médicaments anticancéreux, l’oncologue explique le principe et les objectifs du traitement. Il informe aussi le patient sur les effets indésirables. Le type de chimiothérapie dépend de la personne et des caractéristiques du cancer. Les effets secondaires des anticancéreux sont variables en fonction des médicaments, des dosages et des personnes. La présence ou non d’effets indésirables n’est pas le reflet de l’efficacité du traitement. Malgré leur variabilité, il y a des effets indésirables qui sont communs à tous les anticancéreux.

 

Les troubles digestifs

Les nausées apparaissent très rapidement mais ne durent pas plus de 72h de manière générale. Elles peuvent être accompagnées de vomissements. Pour pallier cela, il est conseillé de privilégier des aliments légers, froids ou tièdes (moins odorants) et de fractionner les repas tout au long de la journée.

Des diarrhées peuvent survenir, elles peuvent être réduites par une alimentation pauvre en fibre mais riche en féculents (riz, pâtes, pommes vapeur...).

 

Chute cheveux

La chute de cheveux est extrêmement difficile à vivre, d’autant plus chez les femmes. Elle est généralement progressive. Aujourd’hui, il existe de nombreuses solutions pour masquer cette perte, comme la perruque en cheveux synthétiques ou naturels mais aussi le foulard, le turban, le chapeau, le bonnet.... La sécurité sociale prend en charge une partie du prix de la perruque et elle inclut un accessoire textile. Si la personne ne souhaite pas de perruque, elle prend en charge 3 accessoires dont au moins un accessoire textile.

 

Sécheresse des muqueuses et de la peau

Les muqueuses de la bouche sont les plus fragiles lors des traitements par chimiothérapie. Il peut y avoir des lésions (aphtes, rougeurs, douleurs) et une inflammation. Il est conseillé de se brosser régulièrement les dents avec une brosse à dent souple, boire beaucoup, sucer des glaçons, manger des glaces à l’eau... s’hydrater les lèvres.

Les traitements peuvent entraîner une sécheresse de la peau, rougeurs, plaques, tiraillement... il y a aussi ce qui est appelé le syndrome main-pied (rougeur, gonflement, sécheresse ou cloque au niveau de la paume de la main ou de la plante des pieds). Les conseils sont d’avoir une toilette avec un pain surgras suivie d’une hydratation complète de la peau. Il est préférable de porter des vêtements amples et des chaussures souples pour éviter les frottements.

 

Modification de la couleur et fragilisation des ongles

Les ongles changent de couleur, deviennent cassants, striés, ondulés et finissent parfois par tomber. Lors des traitements, des gants ou des chaussons réfrigérants sont proposés pour limiter cet effet. En pharmacie, il existe des vernis ou des solutions protectrices pour les ongles.

 

Fatigue

La fatigue est non seulement un effet indésirable des traitements mais elle peut-être aussi dû à la maladie en elle-même. L’appréhension, le stress des rendez-vous, des traitements... peuvent accentuer cette fatigue. Celle-ci peut engendrer une perte d’appétit, il faut être vigilant et en discuter avec le personnel soignant pour que ce soit pris en compte rapidement.

 

Vous retrouverez en pharmacie les accessoires et produits adaptés pour pallier les effets indésirables des traitements, comme par exemple la gamme Même qui a développé des produits dédiés aux peaux particulièrement fragilisées.

Source :

https://www.e-cancer.fr/

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/389-comment-faire-face-aux-effets-indesirables-des-medicaments-anticancereux
<![CDATA[Micronutriments : les bénéfices pour votre santé]]> Avec la rentrée scolaire, la reprise du travail, le stress du Covid (entre autres) et le retour proche des pathologies hivernales, il est conseillé de faire le plein de micronutriments en complément d’une bonne hygiène de vie. Une bonne hygiène de vie passe par une bonne alimentation quotidienne (au moins 5 fruits et légumes par jour, limiter les graisses, le sucre, l’alcool et boire au moins 1,5 litre d’eau par jour), une pratique sportive régulière (marcher environ 30 minutes par jour) et un bon sommeil. Dans les pays industrialisés, la prévalence des déficits en micronutriment dépasse parfois les 30%, mais elle est bien moindre que dans les pays non industrialisés.

 

Qu’est-ce que les micronutriments ?

Les micronutriments sont des éléments que l’organisme est incapable de synthétiser sauf quelques exceptions. Ils regroupent les vitamines (vitamine A, C, E, …), les minéraux (Fer, Cuivre, Magnésium), les oligoéléments (Iode, Sélénium, …) et d’autres familles un peu moins connues comme les polyphénols, les acides gras polyinsaturés (oméga 3), les acides aminées (leucine, isoleucine, …) et les pré et probiotiques. Nécessaires en petite voire très petite quantité, ils n’ont aucune valeur énergétique contrairement aux macronutriments mais ils jouent un rôle indispensable dans de nombreux processus physiologique.  

 

Pourquoi a-t-on des carences en micronutriments ?

Les carences en micronutriment sont souvent dues à un mauvais régime alimentaire, mais la prise de médicaments peut contribuer à ces carences. En effet, le métabolisme des vitamines et des oligoéléments peut être modifié par la prise de médicaments d’usage courant. La prise de plusieurs médicaments entraine un effet synergique sur les carences. Les personnes âgées, qui prennent souvent beaucoup de médicaments, sont les plus touchées.

Dans la population générale, les personnes les plus à risque de carence en micronutriments sont les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées.

 

Comment faire pour avoir un bon apport en micronutriment ?

Les micronutriments proviennent principalement de l’alimentation. Durant certaines périodes de l’année, il y a moins de fruits et légumes de saison, c’est pourquoi les apports peuvent être moindre. Le fait d’avoir un rythme de vie soutenu entre les enfants et le travail est aussi un frein à la possibilité de prendre le temps de cuisiner un bon repas. Il ne faut pas hésiter à se supplémenter en prenant des compléments alimentaires à base de vitamines et d’oligoéléments que vous trouverez en pharmacie. Des gammes plus spécialisées en micronutriment comme par exemple Pileje, Nutergia, Inovance... peuvent être une bonne alternative.

Il est parfois difficile de leur faire prendre des compléments alimentaires aux enfants mais aujourd’hui il existe des formes galéniques adaptées avec des goûts qu’ils apprécient afin de leur faire prendre plus facilement.

 

Essayez de garder au maximum une bonne hygiène de vie et prenez un petit coup de pouce durant les périodes plus difficiles !

 

Source :

www.unicef.org

www.revmed.ch

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/374-micronutriments-les-benefices-pour-votre-sante
<![CDATA[Que faut-il savoir sur les cheveux ?]]> Une personne possède entre 100 000 et 150 000 cheveux et perd environ 40 à 100 cheveux par jour. Les cheveux poussent, tombent et repoussent selon un cycle appelé cycle capillaire. Ce cycle se produit entre 25 et 30 fois tout au long de notre vie. Chaque cycle du cheveu est composé de 3 phases : anagène, catagène et télogène.

La phase anagène est la phase de croissance du cheveu. C’est la partie qui dure le plus longtemps, de 2 à 5 ans. 85% des cheveux sont en phase de pousse. Le cheveu se forme au niveau du bulbe et pousse par la multiplication de kératinocytes (cellules qui synthétisent la kératine). La vitesse de pousse des cheveux est de 0,9 cm à 1,3 cm par an.

La phase catagène est la phase de repos durant laquelle le cheveu arrête de pousser. Celle-ci dure en moyenne 3 semaines.

La phase télogène est la phase de chute du cheveu. En tombant il laisse la place à un autre cheveu qui démarre sa phase anagène. Cette phase dure 3 mois. Ce sont ses cheveux en phase télogène que l’on retrouve chaque jour sur notre brosse, au fond de la douche, …

 

Quelles sont les pathologies du cheveu ?

  • L’alopécie, c’est une chute temporaire partielle ou totale des cheveux. Il en existe plusieurs types, la plus répandue chez les hommes est l’alopécie androgénique héréditaire qui touche 50 à 70% d’entre eux. L’alopécie aiguë est souvent lié à un traitement par chimiothérapie, un stress, des carences alimentaires importantes…
  • L’effluvium télogène est une chute soudaine et temporaire de cheveux suite à un choc physique ou émotionnel (grossesse, intervention chirurgicale, …)
  • La teigne est un champignon qui peut entrainer une chute de cheveux principalement chez les enfants de moins de 12 ans, c’est très contagieux. Dans la plupart des cas les cheveux repoussent après traitement.
  • On retrouvera aussi les classiques, cheveux gras (dû à un excès de sébum), cheveux secs ou cassants (cheveux dont la kératine a perdu ses propriétés élastiques), pellicules (petites squames blanches correspondant à des cellules mortes).

 

Comment prendre soin de ses cheveux ?

Pour avoir de beaux cheveux, il est impératif de choisir des soins adaptés à votre type de cheveux. Lorsque vous choisissez vos soins éviter les formules avec des produits trop chimiques ou agressifs pour les cheveux. N’hésitez pas à demander conseil à votre coiffeur.

La phytothérapie est une bonne alternative pour avoir des beaux cheveux et le renforcer. On citera l’huile d’onagre et de bourrache sont riche en acide gras, idéal pour hydrater les cheveux en profondeur. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

Pour toutes questions ou inquiétude sur une éventuelle pathologie capillaire, rapprochez-vous de votre médecin traitant. Au besoin, il vous redirigera vers un dermatologue qui est le spécialiste le plus adapté pour traiter ce type de pathologies.

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/368-que-faut-il-savoir-sur-les-cheveux
<![CDATA[La mauvaise haleine]]>

Nous n’avons jamais autant senti notre propre haleine "grâce" aux masques !!!

La mauvaise haleine ou « halitose », associée ou non à une sensation de goût amer semble parfois être un problème. Cette odeur est causée par la présence de bactéries qui se dégradent dans la bouche et sur les surfaces de la langue. L’halitose matinale est donc normale car cela est dû à la stagnation de la salive et des particules alimentaires en putréfaction lorsque les bactéries s’accumulent sur le dos de la langue[1,2].

Si ces bactéries peuvent être issues de l’alimentation, elles peuvent être aussi causées par des affections dentaires (prothèses mal placées…), gastro-œsophagienne (foie, digestion…) ou ORL (sinusite…), iatrogénie et hygiène de vie (tabac, alcool…)[1,2].

L’odeur spécifique de l’haleine pourrait aussi être évocateur d’un état physiopathologique sous-jacent (corps cétoniques : diabète ; isoprène : hypercholestérolémie…)[1,2].
Une consultation chez le dentiste est donc importante et à ne pas négliger !!

En attendant voici quelques conseils pour rafraîchir l'haleine et réduire ces bactéries :

1. Brosser les dents, brosser le dos de la langue (avec un racloir spécifique) et passer un fil ou des bossettes inter-dentaires trois fois par jour.

2. Effectuer un bain de bouche après chaque repas avec le mélange qui suit :

Dans 100ml d’eau, versez 2 gouttes des huiles essentielles de :

  • Arbre à thé (tea tree) à propriété antibactérienne [3–5]
  • Clou de girofle, qui aura également une action au niveau digestif [3–5]
  • Menthe poivrée qui masque les mauvaises odeurs tout en drainant le foie. [3–5]

3. Agir sur le foie en mélangeant à quantité égale les plantes suivantes :

  • Feuilles d’artichaut, de boldo et de desmodium [3–5]
  • Fruit de chardon marie [3–5]
  • Racine de pissenlit [3–5]

Ensuite, pour chaque tasse, faire bouillir pendant 3 minutes une cuillère à soupe du mélange et laisser infuser 10mn. Boire une tasse avant les deux principaux repas.

4. Eviter le tabac, l’alcool, trop de sucrerie…

Concernant l’halitose provoquée par la sinusite, dégager le sinus [3–5] selon le procédé suivant :

  • Déposer quelques feuilles d’eucalyptus globuleux dans une casserole d’eau et porter à ébullition. Transvaser sur un matériel à fumigation puis verser 3 gouttes des huiles essentielles de Niaouli [6] et de Ravintsara.
  • Respirer la vapeur montante pendant quelques minutes.

N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre pharmacien.

Dr Mioramalala PEREIRA

 

Sources :

Photo 1 : https://www.facebook.com/mimouniallan/posts/1072578909782720 (merci!!!)

[1]        Kapoor U, Sharma G, Juneja M, Nagpal A. Halitosis: Current concepts on etiology, diagnosis and management. Eur J Dent 2016;10:292–300. https://doi.org/10.4103/1305-7456.178294.

[2]        Sombié R, Tiendrébéogo AJF, Guiguimdé WPL, Guingané A, Tiendrébéogo S, Ouoba K, et al. Halitose: approches diagnostiques et thérapeutiques pluridisciplinaires. Pan Afr Med J 2018;30. https://doi.org/10.11604/pamj.2018.30.201.10951.

[3]        Acadpharm n.d. http://dictionnaire.acadpharm.org/w/Acadpharm:Accueil (accessed October 23, 2019).

[4]        BRUTON J. Pharmacognosie. Phytochimie. Plantes médicinales. 5th ed. Paris: LAVOISIER TEC&DOC; 2016.

[5]        Pierre M. La bible des plantes qui soignent. Vanves: Chêne; 2017.

[6]        Lemesle S. Huiles essentielles et eaux florales de Madagascar n.d.:64.

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/363-la-mauvaise-haleine
<![CDATA[La trousse à pharmacie pour les vacances]]> Les vacances arrivent, toutes les destinations ne sont pas encore possibles, mais cela ne vous empêchera pas d’en profiter pleinement. En cette période de Covid-19, renseignez-vous sur les modalités qui sont propres à chaque pays pour les règles sanitaires.

Et pour partir l’esprit tranquille, soyez prévoyant et prenez soin de bien préparer votre trousse à pharmacie.

 

Quel type de voyage et dans quel pays ?

La trousse à pharmacie va aussi dépendre du type de voyage que vous comptez faire : individuel ou en groupe, organisé ou à l’aventure. De plus, la destination sera aussi très importante ainsi que la saison à laquelle vous partirez dans ce pays. En fonction des pays, des vaccinations sont à mettre à jour ou à réaliser avant le départ, consultez votre médecin ou prenez un rendez-vous dans un centre de médecine tropicale.

 

Quel est le kit de 1er soin indispensable à avoir pour partir en vacances ?

Ce kit est constitué de tout le nécessaire pour les petites lésions que l’on peut facilement se faire lors des vacances :

  • Pour les petites plaies : des compresses stériles, compresses hémostatiques (pour stopper rapidement les saignements), un désinfectant (de préférence sans alcool pour les enfants), des pansements stériles de plusieurs tailles, un ciseau et du sparadrap.
  • Pour les entorses : avoir une bande de contention pour venir immobiliser le temps de se rendre chez le médecin.
  • Si la destination est au soleil, prévoir une crème solaire indice 50, une crème apaisante pour soulager les coups de soleil.
  • Un spray anti-moustique d’intensité variable en fonction de la destination, ainsi qu’une crème apaisante pour après piqûres de moustiques ou autres (fourmis, araignées…).
  • Au cas où, une pince à épiler (pour les échardes), un tire-tique.

 

Quels sont les médicaments indispensables à avoir pour partir en vacances ?

Il y des médicaments qui sont important à avoir lorsque l’on part en vacances et qui ne nécessitent pas d’ordonnance :

  • Un médicament antalgique (contre la douleur) et antipyrétique (contre la fièvre) à base de paracétamol.
  • Un anti-nauséeux, pour le risque de nausées-vomissements à cause du changement de nourriture ou du mal des transports (voiture, avion, bateau, …).
  • Un anti-diarrhéique, lors d’une intolérance alimentaire ou une diarrhée du voyageur dit « tourista ».
  • Un laxatif doux, en cas de constipation dû au changement d’habitudes alimentaires.
  • Un antiallergique, les antihistaminiques sont efficaces lors d’une réaction allergique légère à modérée suite à une piqure d’insectes par exemple.
  • Du sérum physiologique, un collyre antiseptique et un antiallergique : le sérum physiologique doit toujours être utiliser en 1er pour nettoyer l’œil des impuretés ou des allergènes, puis 10 à 15 minutes après l’antiseptique si c’est une infection oculaire, l’antiallergique si c’est allergique.

Durant cette période de Covid-19, partez avec votre stock de masques et de solutions ou gels hydro-alcooliques.

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou pharmacien avant votre départ.

Source :

https://www.ameli.fr/assure/sante/bons-gestes/quotidien/preparer-trousse-medicaments-voyage

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/356-la-trousse-a-pharmacie-pour-les-vacances
<![CDATA[Les conseils contre le stress]]> Le stress est une réaction naturelle de l’organisme face à une agression, un choc physique ou nerveux. Il est inévitable pour tout le monde et peut nuire à l’équilibre psychologique et physique. L’intensité est personnelle, elle est variable en fonction de la personnalité de chacun et de leur capacité à gérer une situation stressante. En plus du stress que peut engendrer les aléas de la vie quotidienne, la situation de crise sanitaire du Covid 19 a généré un stress supplémentaire dans la population générale. Que ce soit durant la période de confinement ou actuellement lors de la phase de déconfinement.

 

Quels sont les signes et symptômes du stress ?

Les symptômes de stress peuvent être émotionnels, physiques et mentaux. Pour le côté émotionnel, la personne stressée pourra se sentir surmenée, irritable, anxieuse… Pour le côté physique, elle pourra avoir des maux de tête, des nausées, des troubles du sommeil, de l’appétit… Et pour le côté mental, elle aura tendance à penser de façon incessante, être souvent inquiète, avoir des difficultés à prendre des décisions…

Ces symptômes peuvent durer de quelques minutes à plusieurs jours ou semaines.

 

Quelles peuvent-être les complications du stress ?

Au-delà du sentiment de mal-être, les conséquences du stress sur la santé ne sont pas négligeables. Lorsqu’il persiste, il peut augmenter certaines maladies chroniques. On pourra citer :

  • Les pathologies digestives, comme la colopathie (alternance de diarrhées et de constipations), les gastrites (inflammation de la muqueuse de l’estomac) ou les ulcères gastroduodénaux,
  • Les pathologies cardio-vasculaires, comme les palpitations cardiaques, l’hypertension, et parfois un infarctus du myocarde,
  • Les pathologies dermatologiques, comme l’eczéma, le psoriasis, la chute des cheveux…,
  • Les infections à répétition comme l’herpès labiale,
  • Les troubles gynécologiques comme le retard ou l’absence de règles.

 

Quels conseils pour gérer le stress ?

Pour réduire le stress il est primordial de prendre soin de soi. On peut commencer en ayant une bonne hygiène de vie, une pratique d’activité physique régulière et avoir une vie sociale épanouie. La pratique d’une activité relaxante comme le yoga, la méditation ou autre peut aider. Il ne faut pas que le stress soit un sujet tabou, ne pas avoir honte ni peur d’en discuter avec son entourage (familles, amis) et/ou son médecin ou pharmacien.

Des compléments alimentaires à base de magnésium peuvent aider à diminuer le stress. Le magnésium est un sel minéral indispensable à la transmission de l’influx nerveux et à la relaxation musculaire après la contraction. Celui-ci est souvent associé aux vitamines du groupe B.

D’autres compléments alimentaires à base de plantes peuvent avoir un effet calmant et apaisant comme par exemple la passiflore, la rhodiole, la mélisse… Vous les trouverez en pharmacie sous différentes formes galéniques en gélules, en tisane, en extrait…

Si malgré tous ces conseils le stress est toujours omniprésent, veillez à consulter votre médecin. Il vous prescrira un traitement adapté et/ou vous prodiguera les bons conseils afin de surmonter votre stress. 

 

Photo by Pedro Figueras from Pexels

Sources :

https://eurekasante.vidal.fr/

https://www.medecindirect.fr/

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/350-les-conseils-contre-le-stress
<![CDATA[Le retour du soleil : les bienfaits sur la santé tout en se protégeant]]> En cette période de confinement, on a l’impression de ne pas pouvoir profiter des beaux jours qui arrivent. Mais tout est possible, promenez vous dans vos jardins, prenez un bain de soleil à votre fenêtre, terrasse ou balcon, soyez créatif !

Le soleil a des bienfaits sur la santé, mais il faut prendre ses précautions lors des expositions et ne pas en abuser.

 

Les bienfaits du soleil sur la santé

Le soleil pour commencer nous met de bonne humeur. En effet, la lumière stimule la production de sérotonine dans le cerveau. La sérotonine est un neurotransmetteur (substance qui permet de transmettre des informations entre les neurones) qui contribue à la sensation de bien-être en régulant l’humeur.

La lumière du soleil synchronise le sommeil. Le rythme du sommeil est synchronisé par l’alternance de luminosité et d’obscurité. Une exposition à la lumière dès le réveil et durant la matinée permet de bien réguler le sommeil.

Les rayons UV du soleil permettent aussi de synthétiser la vitamine D. Celle-ci joue un rôle principal dans la fortification des os, mais aussi dans la prévention de l’apparition de maladies cardiovasculaires, auto-immunes et le cancer.

Le confinement que tout le monde vit en ce moment peut entrainer de la dépression. Dès le réveil, ouvrez les fenêtres, cela permettra d’aérer votre environnement et de laisser entrer les rayons du soleil chez vous. Préférer faire votre activité physique dans la journée, pas trop tard le soir pour respecter le rythme du sommeil.

 

Se protéger face au soleil

Le soleil a des bienfaits mais il a aussi des méfaits comme des cancers de la peau. Pour profiter des rayons du soleil en toute sécurité, voici quelques règles à respecter.

La protection contre les rayons du soleil doit être la même pour tout le monde, que vous ayez une peau blanche, mate ou noire.

Il est impératif de mettre une protection solaire efficace et adaptée pour réduire la pénétration des UV dans la peau.

Eviter de s’exposer (lors de votre activité physique ou même chez soi) entre 12h et 16h, c’est à ce moment que les rayons du soleil sont les plus intenses et les plus dangereux.

La protection vestimentaire est la solution la plus adaptée pour stopper au mieux les UV (T-shirt et pantalon léger). Appliquer une crème solaire sur les zones découvertes du corps, porter un chapeau et des lunettes de soleil avec filtre ant-UV.

Pour les enfants, soyez d’autant plus vigilant, ils ont une peau plus fine et plus fragile que celle de l’adulte. Et l’exposition de manière excessive au soleil pendant l’enfance est la principale cause de mélanome à l’âge adulte. Pareil que pour les adultes, on évite l’exposition aux heures les plus chaudes, on applique une crème solaire efficace, et protection avec des vêtements légers, un chapeau et des lunettes de soleil.

Il faut respecter les mesures du confinement, mais tout en essayant de profiter des bienfaits du soleil en toute sécurité.

Source :

https://www.cenas.ch/

https://www.e-cancer.fr/

https://www.zavamed.com/fr/serotonine.html

 

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/335-le-retour-du-soleil-les-bienfaits-sur-la-sante-tout-en-se-protegeant
<![CDATA[Les allergies sont de retour]]> Le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a mis à jour son bulletin allergo pollinique ce 28 Février dernier. Grace aux giboulées de mars qui traverseront le pays d’ouest en est, les allergiques auront un peu de répit. Ces giboulées sont des averses associées à du vent, et parfois accompagnées de grêlons ou de flocon de neige, durant lesquelles les pollens sont plaqués au sol. Cependant, attention aux éclaircies entre deux giboulées, qui entraineront une forte concentration de pollens dans l’air. Que savoir et que faire en cas d’allergie ?

 

Quels sont les arbres dont il faut se méfier cette année ?

Sur tout le territoire, les pollens d’aulne seront bien présents avec un risque allergique faible à moyen en fonction des départements. Les pollens de frêne sont en augmentation mais pour le moment reste de niveau faible, des possibles modifications de concentrations sont à prévoir en fonction du temps.

Dans le Vaucluse, les Bouches du Rhône et le Gard, les pollens des peupliers pourront atteindre le niveau moyen.

Dans le sud-est du pays, les cyprès sont les plus allergisants avec un risque allergique de niveau très élevé.

 

Quels sont les signes d’une allergie aux pollens ?

Le pollen libère des protéines quand il est en contact avec les muqueuses (nez, yeux, bouche). En présence de ce corps étranger, le corps humain libère de l’histamine pour le combattre. C’est cette libération d’histamine qui va entrainer les signes d’une allergie aux pollens. Les signes se manifestent par une conjonctivite allergique (œil rouge, œdème des paupières, démangeaisons…) et/ou par des symptômes respiratoires (nez qui coule, se bouche ou démange, éternuements, brûlure de la gorge…). La réaction allergique peut aller jusqu’à la crise d’asthme, dont les signes cliniques sont une diminution du souffle, des sifflements bronchiques, ainsi qu’une toux persistante souvent nocturne.

 

Que faire pour éviter ou réduire une réaction allergique ?

Voici quelques petits conseils pour les allergiques. Consulter votre médecin ou un allergologue dès les premiers symptômes. Pour les gestes du quotidien, rincer vos cheveux le soir avant d’aller vous coucher pour éliminer les allergènes, aérer les pièces de la maison et surtout la chambre pendant au moins 10 min par jour, préférer faire sécher votre linge à l’intérieur pour éviter que les pollens ne se collent aux vêtements, garder les vitres fermées lorsque vous êtes en voiture, faire du sport à l’intérieur de la maison ou dans une salle de sport pour éviter la surexposition aux pollens, et éviter les zones polluées et la fumée de tabac qui augmentent l’irritation de la muqueuse respiratoire.

 

Quels sont les traitements efficaces pour réduire les symptômes ?

Se rincer les yeux au sérum physiologique et le nez avec des sprays à base d’eau de mer de façon quotidienne permet de limiter le contact des pollens sur les muqueuses. Les antihistaminiques permettront de diminuer les symptômes nasaux et oculaires. Certaines molécules comme la cétirizine ou la loratadine sont disponibles en pharmacie sans ordonnance. Si cela ne suffit pas, veillez à consulter votre médecin, celui-ci vous prescrira d’autres classes médicamenteuses délivrées uniquement sur ordonnance.

Si les traitements sont insuffisants ou mal tolérés, vous pourrez avoir recours à l’immunothérapie allergénique. Ce traitement est prescrit uniquement par un allergologue. Pour les allergies saisonnières, il sera pris de façon discontinue (quelques mois dans l’année).

Vous pouvez suivre les alertes polliniques via l’application « alerte polliniques » ou sur le site du RNSA.

Source :

https://www.stallergenesgreer.fr/

https://www.pollens.fr/

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/322-les-allergies-sont-de-retour